Henri le Fauconnier

Henri le Fauconnier

Souvent oublié par les livres d’histoire, Henri Le Fauconnier est pourtant l’un des artistes les plus accomplis du 20e siècle.

Souvent mis de côté par les livres d’histoire, Henri le Fauconnier (1881-1946) n’en est pas moins un des pionniers du cubisme. Membre du groupe des Puteaux, influencé par Matisse, le fauvisme, le postimpressionnisme et le futurisme, l’œuvre de le Fauconnier en est une des plus complètes.

Né en 1881, au sein d’une riche famille bourgeoise, Henri le Fauconnier emménage à Paris en 1900 et se fraie tout de suite une chemin dans l’élite artistique. En 1905, il expose au très célèbre Salon des Indépendants. Il est à cette époque associé à l’avant-garde d’un bref mais marquant mouvement artistique du 20e siècle, le fauvisme. Comme Gauguin 20 ans avant lui, le Fauconnier se rend en Bretagne, à Ploumanac’h, pour y peindre des peintures fauves remarquables. Par ailleurs, l’influence postimpressionniste, en particulier les aplats de couleur délimités par de larges traits noirs de l’école Nabi, se retrouve partout dans l’œuvre de le Fauconnier.

Un peu plus tard, le Fauconnier ouvre son atelier à tous les artistes qui, comme lui, sont curieux de mener des recherches artistiques autour de l’œuvre de Cézanne. Ami de Metzinger et du théoricien Albert Gleizes, il est présent lors de la fondation du groupe de Puteaux et il participe également au Salon des Indépendants de 1911, qui fait connaître au public pour la première fois les œuvres cubistes. Pendant la Première Guerre mondiale, le Fauconnier se réfugie en Hollande, où il connaît un remarquable succès : c’est là, par ailleurs, que se situent encore aujourd’hui la majorité de ses toiles !

De retour à Paris après l’armistice, le Fauconnier se tourne vers l’expressionnisme, puis vers une peinture de plus en plus réaliste.

De retour à Paris après l’armistice, le Fauconnier se tourne vers l’expressionnisme, puis vers une peinture de plus en plus réaliste. Ce changement de paradigme artistique n’est pas rare pour les artistes ayant traversé ce long et pénible conflit mondial. Pour l’œuvre de le Fauconnier, ce sera fatal, entre autres parce que la Bretagne et le Nord de la France, ses lieux de création favoris, sont ravagés par les combats. Il décède en 1946, à Paris.

Le Fauconnier a beaucoup travaillé les nus, étudiant les formes et volumes fragmentés du corps humain. Dans Chasseur (1912), il mêle des techniques cubistes à un intérêt marqué pour le futurisme. Cette curiosité se retrouve également dans Figures, une œuvre de 1913, où, par des techniques de fragmentation cubiste, il tente de donner une impression de mouvement.

Henri le Fauconnier, un artiste de nature humble, est souvent oublié par les livres d’histoire. Pourtant, la plupart des grands musées d’art possèdent des tableaux signés de sa main ! Discret et curieux, ce peintre philanthrope ne semble pas avoir cherché la gloire de son vivant, se vouant plutôt à la recherche des limites de l’exploration artistique pour son propre plaisir. De toutes les avant-gardes, il a participé à former l’art contemporain tel que nous le connaissons aujourd’hui.

  • Partager cet article :
Autres sites Web : Histoire du fauvisme www.le-fauvisme.com
Mouvement du futurisme http://www.futurisme.net
L'art expressionnisme www.art-expressionnisme.com


Article par : Juliette Périers-Denis Histoire de l'art
Autres articles à lire
Guernica Guernica, célèbre peinture de Picasso

Créée pour l’Exposition Universelle dans la ville de Paris, en 1937, par Pablo Picasso.

Musée Picasso Musée Picasso de Paris

Musée Picasso de Paris regroupe une grande partie des œuvres de Pablo Picasso.

Les demoiselles d'avignon Les demoiselles d’Avignon, première oeuvre cubiste

Inspirée des peintures de Paul Cézanne et de l’art africain.